lienlien
PredefKarnevalForum RP FR
Click



 

Partagez|


Stayin' Alive [ft. Damon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Joah Andersen
avatar

❝ Watch me burn ❞



Messages : 180
Date d'inscription : 15/06/2016
Age : 19

Message Sujet: Stayin' Alive [ft. Damon] 12/1/2018, 18:42

ft. @Damon GriffinStayin' Alive
(Il fait froid. Je ne sais pas tellement pourquoi j’ai laissé la fenêtre ouverte en pleine nuit. Si le loquet a cédé face au vent, ou si c’est moi qui l’ai ouverte consciemment, pour me pencher et observer la rue tout en bas. Je ne sais pas quelle réflexion j’ai bien pu me faire, dans cette hypothèse.

(Je suis au deuxième étage ; une mauvaise chute, et c’est la fin.)
(Si je glissais ?)

Je ne sais pas. Je suis incapable de me souvenir de ce que j’ai fait la veille ; encore moins des pensées qui m’ont un instant habitée. La terre tourne, beaucoup trop vite. Ou alors c’est moi. Mon esprit qui chancelle ; essaye de reprendre ses marques. Je n’en sais rien. Je ne veux pas savoir.)

(Pourquoi je ne suis pas tombée ?)

Ton visage émerge de la couverture, alors que tes bras tremblants la tirent un peu plus contre ton corps recroquevillé. Il faut un instant à tes yeux pour s’ouvrir complètement, aveuglés par la lueur du jour. Combien de temps as-tu dormi ? Tu ne sais pas. Une odeur âcre te fait tousser, alors que tu te redresses, posant une main sur ton crâne. Cette migraine…

L’air froid gèle ton dos nu, un long frisson venant agiter ta peau un instant découverte. Ton regard gris se tourne vers cette dernière ; la silhouette adossée au cadran. Le brun observe Londres en silence, soufflant pensivement sa fumée dans la trachée de la rue.

—  Ferme la fenêtre.

Tu soupires, passant une main dans tes cheveux hirsutes pour y remettre un peu d’ordre. L’autre tourne la tête vers toi, silencieux, venant éteindre sa cigarette et écraser le mégot sur le semblant de balcon. Avant de la verrouiller.

(Donc, le loquet n’est pas cassé. Tant mieux.)

Ignorant l’homme en face de toi, ton corps vacillant se redresse, serrant résolument cette couverture pour te protéger de l’atmosphère glacée. Quel idiot… tu t’éloignes du canapé, observant un instant l’état de la pièce autour de toi. Tes vêtements éparpillés au sol, la fée verte oubliée sur la table. Son manteau à lui, jeté sur le tabouret. Tu t’avances un peu plus, ton regard venant accrocher ton reflet dans le miroir.

La coupure sur ta gorge commence tout juste à s’estomper. Le cadeau de la Mort.
Juste en dessous, une trace rosâtre. Tu lèves les yeux au ciel. Agacée. Grimaçant lorsque tu descends lentement le tissu le long de ton épaule, te tournant un instant vers ton… “invité”.

C’était vraiment nécessaire ?
—  Excuse-moi.
—  ...tu peux partir. Je ne te retiens pas.

Ta voix, froide. Tout aussi glaciale que le temps qui fige Londres. Ton emprise sur la couverture se défait, la lourde fabrique tombant à terre, alors que tu viens te saisir d’une chemise. Le brun reprend son manteau, te jetant un dernier regard alors qu’il enroule ses doigts autour de la poignée de la porte.

—  Qui t’a fait ça ?
—  Je t’ai dit de partir.

Son regard se détache de la large cicatrice sur ton flanc. Le bruit d’une porte que l’on ferme te parvient, et le tissu clair de ta chemise vient recouvrir la brûlure. Pourquoi es-tu si brutale avec lui, Joah ?

Ton regard se reporte sur le miroir. T’examinant.
Les cernes légères sous tes yeux, la coupure à ta gorge.
Les marques d’hier soir. Légères, heureusement.
La lueur paumée dans ton regard.

Et cette même question te traverse l’esprit.
Vais-je vraiment mourir ?

Tu te détournes de ton reflet, un pantalon d’ouvrier venant couvrir tes jambes nues. Tes pas te portent jusqu’à la table, observant une fois de plus la bouteille posée sur les nombreux croquis. Deux visages.

Théodore et la Mort.

Ta main se porte instinctivement à ta gorge alors que le portrait semble te fixer directement. Les yeux verts de l’Acteur ne te quittent plus. Chaque peinture, chaque rêve. Il est partout, à guetter l’échéance, masquant l’ombre de Théodore au bout du chemin. Il est partout. Et tu détestes ça.

L’épée de Damoclès qu’il t’impose.
Les insomnies répétées.
Les souvenirs qui reviennent.

Trop de choses se sont passées depuis ton arrivée à Londres, Joah. Agression. Une lettre indésirée. Daniel. Ce prêtre. Ces doutes sur ton absence de foi ; ton entrevue avec la mort…

Non. Il ne faut pas y penser ; te déplaçant dans la pièce d’un pas agacé, tu prends le temps de remettre un peu d’ordre dans les lieux, avant de te faire un café. Peut-être que le breuvage âcre t’aidera à retrouver tes esprits, qui sait. La migraine commence juste à s’estomper, mais tu sens toujours cette raideur dans tes muscles. Dans ce corps que tu malmènes beaucoup trop.

Tu es en chute libre.
Une partie de toi luttant pour te garder intacte,
Et l’autre soufflant le feu et la mort dans tes rêves.
De plus en plus fréquemment.

Et le fait que cela te ravie t’effraie.

Vas-tu finir comme ton oncle, Joah ? Il y a des chances, tu ne penses p-...

...Quelqu’un frappe à la porte.

Tu as seulement le temps de te retourner. Qui peut bien venir à une heure pareille ? Sans trop formuler d’hypothèses, tu prends le temps de t’étirer, forçant un sourire sur ton visage. Ramenant tes cheveux sur tes épaules, histoire de paraître un minimum présentable. Bien qu’avec ta dégaine, il ne soit pas si compliqué de deviner que t’es réveillée il y a peu.

—  Jeg kommer !

Tu ouvres la porte.
Ignorant la terre qui tourne toujours un peu trop vite.
© 2981 12289 0


HEY, OLD MAN
    « WATCH ME BURN. »

Let me burn brightly and light the sky, let me set the world on fire and pour ashes down my path -let me be this woman I dreamed to be, 'cause you're the one who told me all this world needs is a little anarchy.
   


Jeg taler ind #9999cc
Aesthetic


Dernière édition par Joah Andersen le 23/1/2018, 15:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damon Griffin
avatar

❝ Ceci n'est pas un rang ❞



Messages : 74
Date d'inscription : 13/07/2016
Localisation : cacahuète DTC

Message Sujet: Re: Stayin' Alive [ft. Damon] 19/1/2018, 12:13


Joah & Damon Stayin' AliveJe ne sais plus si je peux le supporter. Mes blessures sont invisibles pour la plupart des gens. J’ai appris à vivre avec. Être seul avec ma douleur n’est pas si difficile en soi. Ce dont j’ai le plus peur c’est qu’elle soit un jour exposée. Voir la pitié dans leurs yeux. Les entendre s’excuser alors qu’ils n’ont rien fait. Non. Je ne veux pas que les autres sache ce que je traverse. Les plaintes qui sortent du creux de mon âme, je veux être le seul à les écouter.

Mon corps entier est en feu. J'ai passé la soirée à me défouler. Gagner de l'argent n'était plus ce qui me préoccupait hier. Les paris autour des combats de rues illégaux attiraient toujours autant de monde. Mais ma motivation moi était simple : cogner. Le plus possible. Même si cela impliquait aussi de me faire cogner en retour. J'avais pris soin d'enlever mes lunettes cette fois. Pas la peine de perdre ou de casser celles qu'ont m'avait prêté à contre coeur. J'accumulais les bourdes et les erreurs au sein de la Dispatch ces derniers temps. D'habitude j'étais un crâneur notable, ça tout le monde le savait. Mais cette fois, tout avait été plus loin. Trop loin.

Alors que je monte les marches pour atteindre l'atelier de ma nouvelle employée, une hésitation me prend. On ne s'est pas vu depuis un moment. Et je ne suis pas présentable. Mon corps est parsemé de bleu. Il est douloureux. Mon oeil est dissimulé derrière un cache oeil, étant donné que les lunettes de substitutions ne sont pas teintés. Tant pis. Je démissionne. Je lui dis que je ne peux pas. Que je suis désolé. Bon, ouais ça se fait pas. Elle va être toute contente de me voir, bon avant de voir ma sale tête, après elle va s'inquiéter je vais devoir lui dire qu'il faut pas.

Pourquoi ça me fait déjà chier d'avance cette histoire? Vous avez pas d'autre scénario que celui ci ?
? Sérieux ? Faudrait apprendre à se renouveler quand même. Je sais pas moi .. lisez des bouquins.
Je frappe à la porte, soupirant déjà.

Jo : Jeg kommer !

Elle peut pas parler anglais comme tout le monde ? Je sais pas moi. La porte s'ouvre. Ah.

AH.

Okay ce scénario était peut être pas prévu au fond.

Damon : Yo...

Elle a l'air de se réveiller. Comme moi. Mal en point. Je ne sais pas. Quelque chose d'étrange. Je pensais la voir scintillante,bon elle sourit mais. Non. Elle est au bout. Comme lui. Pas vrai ?

Damon : Si j'vous dérange ... vous l'dites je m'en vais j'ai ... je peux repasser...

Qu'est ce que c'est que cette coupure sous sa gorge ... j'arrête pas de fixer ça. Craignant quelle n'est voulu passer l'eau delà il y a quelque jour. Non mais elle se rend compte de ce qui aurait pu lui arriver ? SERIEUX ? Ok je détourne la tête, ça devient trop gênant.

© 2981 12289 0




Apriskah - Push it
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joah Andersen
avatar

❝ Watch me burn ❞



Messages : 180
Date d'inscription : 15/06/2016
Age : 19

Message Sujet: Re: Stayin' Alive [ft. Damon] 23/1/2018, 15:58

ft. @Damon GriffinStayin' Alive
Ça fait bizarre, de voir une figure familière à sa porte.
Quand ça fait des jours qu’on a envie de mourir.

…attends, quoi ?
Qui veut mourir ? Toi ? Non. Non, non, non. Non. Pas toi, Joah. Tu l’as dit toi-même à la Mort. Tu ne veux pas mourir. Du moins, pas si vite. Et pourtant. Tu veux brûler. Brûler et mourir. Pas pour toi. Pour lui. Mais alors, peut-on vraiment considérer que c’est toi, qui a envie de mourir ? Tu ne sais pas. Les choses sont beaucoup trop confuses dans ton esprit. Tu ne sais même plus pourquoi tu es ici. Pourquoi Londres. Pourquoi tout ne s’est pas arrêté ce fameux soir, en Finlande ? Tu n’en sais rien. Tu ne sais plus rien.

Tu es juste en chute libre.
Une putain de chute libre.
Et tu attends de te casser la gueule, comme chaque être humain sur cette terre risible.

Yo…

Tes yeux écarquillent. Tu t’attendais à Mrs Grey, qui allait te hurler dessus en voyant l’homme sortir de chez toi. Un client notoire, un peu à l’ouest, gêné d’entrer ainsi dans ton domicile. Un amant d’une nuit venu te demander des comptes. La police, un pompier, un putain d’astronaute -attends, quoi ?... tout, tout le monde, la reine, Christian IX, un clochard, un astéroïde, un clébard. N’importe qui, n’importe quoi.

Mais pas un visage que tu connais.
Mais pas un visage que tu apprécies.
N’importe quoi, qui, du temps qu’il ne risque pas de te garder en vie.

Et la terre tourne, encore, trop vite.
Et ton sourire hypocrite s’accroche à tes lèvres avec plus d’ardeur.
Mais il a beau t’arracher les muscles du visage, ce sourire,
Il voit bien que quelque chose ne tourne pas rond, ton modèle.
Et alors qu’il parle, tu l’observes,
Et tu vois bien que quelque chose ne tourne pas rond chez lui.


Si j'vous dérange ... vous l'dites je m'en vais j'ai ... je peux repasser...


C’est la première fois que tu le vois comme ça. Sans ses lunettes teintées. Le corps tout cabossé, comme ça, sérieusement, même toi tu peux le deviner à travers ses vêtements. Il s’est battu. Un cache œil recouvre l’une de ses yeux, et l’autre est fixé sur un point sur ta gorge, avant de détourner le regard. La coupure sur ton cou… tu pensais l’avoir camouflée. Qu’elle ne se verrait pas. Mais t’es encore beaucoup trop à l’ouest pour y parvenir, Joah. Tout ce que tu peux faire, c’est sourire comme une illuminée pour masquer ton inquiétude et tes bleus.

Un instant, l’idée de l’envoyer balader te traverse l’esprit. De lui dire que tu es occupée, trop fatiguée, lui demander de revenir ou s’en aller pour toujours. Mais tu n’en as pas la force. Pas cette fois. Pas aujourd’hui. Alors, tu tends la main, pour prendre sa manche et le retenir, et jure contre cette voix qui te semble trop suppliante et qui t’appartient pourtant.

Non, ça va. Vous pouvez rester… j’ai fait du café.


Alors, tu l’entraines dans la pièce, fermant la porte, et lui faisant signe de te suivre jusqu’au comptoir. Moins causante que d’ordinaire, le regard un peu vague, même si tu fais un effort pour marcher droit. Passer à côté de la table pleine de portraits, du chevalet avec l’immense incendie qui dévore la rue, des croquis avec du feu, de la malle contenant d’autres croquis avec du feu, des aquarelles sur les murs avec du feu, du briquet, de l’alcool, du feu sous le café.

Vous n’avez pas l’air en forme. Vous vous êtes battu ?


Tu sors deux tasses, verse le breuvage noir à l’intérieur ; la sienne, impeccable, tu la lui tends avant de remplir la tienne. Trois gouttes marrons tombent sur le bois. Et ton regard les accroche un moment, il faut dire que tu n’as pas tellement osé le regarder dans les yeux, encore, et que c’est bien plus facile pour ta tête qui tourne de fixer ces tâches ocre.
© 2981 12289 0


HEY, OLD MAN
    « WATCH ME BURN. »

Let me burn brightly and light the sky, let me set the world on fire and pour ashes down my path -let me be this woman I dreamed to be, 'cause you're the one who told me all this world needs is a little anarchy.
   


Jeg taler ind #9999cc
Aesthetic
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damon Griffin
avatar

❝ Ceci n'est pas un rang ❞



Messages : 74
Date d'inscription : 13/07/2016
Localisation : cacahuète DTC

Message Sujet: Re: Stayin' Alive [ft. Damon] 1/2/2018, 16:56


Joah & Damon Stayin' AliveJe suis fatigué. Le temps me paraît durer une éternité. Et pourtant, je sais qu’il défile à une vitesse folle, m’entrainant droit contre le mur en face de moi. Je ne fais que penser au point d’impact, et cet instant où mon corps entier heurtera la surface. Je sais que ça fera mal. Très mal. Mais peut être que la douleur ne dura qu’un instant. Et qu’enfin tout sera terminé bientôt. Laissez moi m'écraser.

Je m’attends à faire demi-tour. Rebrousser chemin. Reprendre mon parcourt. Me battre encore un peu, ou finir dans les bras d’une femme. Rentrer à la dispatch et me faire engueuler pour l’état physique. N’importe quoi. Mais pas ce geste. Elle vient me prendre doucement par la manche, souriante. Je sais qu’au fond, elle veut me retenir de partir. C’est la seule explication qui me vient à l’esprit.

Jo : Non, ça va. Vous pouvez rester… j’ai fait du café.

Elle me tire à l’intérieur avant de fermer la porte derrière nous. Du café? Oh c’est vrai qu’avec une nuit pareille j’en aurais pas bien besoin. Et elle aussi vu son état. Je m’avance avec elle vers le comptoir, sans dire un mot, regardant l’atelier autour de moi. Tout ce que je vois, ce sont des flammes. Peintes de partout. Elle a une sacré obsession… m’enfin, on a tous son style de peinture quand on est artiste j’imagine. C’est pas pire que de peindre des nénuphars.

Jo : Vous n’avez pas l’air en forme. Vous vous êtes battu ?

Elle sort deux tasses, venant remplir la première et me la tendre avant de préparer celle pour elle. Autant dire que la mienne disparaît bien vite d’une traite avant que je ne l’observe.

Damon : Ouais …

Inutile de mentir. Ca se voit assez pour ne pas le louper. De toute façon, si ça pouvait lui éviter de poser plus de questions sur le sujet de lui répondre de cette manière. Je n’allais pas m’en priver. Mon regard se perdait à nouveau vers les tableaux, avant que instinctivement je redressais mes nouvelles lunettes sur le bout de mon nez. Je les détestais celle là … déjà parce qu’on voyait mon oeil, heureusement que je l’avais caché… je détestais ça. Les lunettes teintés ne seraient pas prêtent avant une bon petit moment … patience de rigueur. Sauf que je ne le suis pas.

Damon : Ca va vous ?

Non parce que. On peut pas dire que c’était la folie pour elle non plus. Fallait au moins que je demande. Je sais pas. Me demandez pas pourquoi c’est comme ça.

© 2981 12289 0




Apriskah - Push it
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joah Andersen
avatar

❝ Watch me burn ❞



Messages : 180
Date d'inscription : 15/06/2016
Age : 19

Message Sujet: Re: Stayin' Alive [ft. Damon] 5/2/2018, 20:02

ft. @Damon GriffinStayin' Alive
Ouais…

Réponse laconique, qui n’appelle à aucune autre remarque, aucun commentaire ; un tais-toi aurait été tout aussi évocateur. Peut-être t’en serais-tu offusquée, dans un autre contexte, dans un état d’esprit différent. Pourtant. Aucune remarque ne franchit tes lèvres serrées en une ligne fine, et tes yeux qui fixent ces foutus tâches de cafés ne se relèvent pas pour croiser les siens. Silence. Tu restes plongée dans ta réflexion, alors qu’inconsciemment ta main vient remettre en arrière ces mèches qui te gênent, sans plus se soucier de la coupure sur ta gorge et des traces qui parsèment ton cou. Du bleu discernable à la limite de ta chemise blanche. De ceux sur tes bras, et de la brûlure qui guérit encore près du coude. Manches relevées ; mauvaise idée, qui pourtant ne te traverse pas l’esprit.

Tu n’en as plus rien à faire.
Lassée de sauver les apparences.
Après tout, quelle importance ?
Tu vas bientôt mourir.

Ça va vous ?

Ton regard paumé se relève un peu, observant le col de sa chemise. Les coins de tes lèvres se relèvent légèrement ; un autre sourire machinal, alors que ta main se porte à ta tasse dans un geste machinal, la portant tout aussi machinalement à tes lèvres. Une gorgée, une deuxième, le liquide te brûle la langue mais t’évite de parler. Troisième gorgée. Feu liquide. Pourquoi la sensation te parait-elle si agréable ? Tu baisses la tasse, toussant un instant dans ton poing.

Des traces de coups sur tes phalanges.
Remarques au bar peu appréciées, apparemment.
(Tout le quartier s’accorde à dire que tu as une sacrée droite.)

Gueule de bois.

Ton sourire s’élargit, et tu te mets à rire, un peu nerveusement peut-être, amusée par tes propres mots. Cela faisait bien longtemps que tu ne t’étais pas retrouvée dans un tel état ; et pourtant, ces dernières semaines, ce train de vie redevient récurrent. Un peu trop. Beaucoup trop. Imprudent. Irrationnel. Une chute libre de tes principes et de ta raison.

Quelle importance, honnêtement ?
Aucune. Absolument aucune.
(Foutez-moi la paix.)

J’ai de la pommade si vous voulez. Mauvais coup dans l’œil ?

Ou peut-être qu’il est tout simplement borgne, ça expliquerait les lunettes teintées. Sûrement cassées durant l’une de ses altercations. Tu relèves la tasse, la portant à tes lèvres. Venant enfin le regarder dans les yeux. Enfin, son œil valide. Tiens, c’est la première fois que tu vois leur couleur, non ? Etrange, ce v-

Tes doigts froids lâchent subitement la tasse qui heurte le comptoir ; basculant, son contenu brûlant se déversant sur ta chemise et ta peau. Le récipient finit sa chute au sol, où il se brise en éclats. Malgré la sensation de brûlure et la douleur lancinante sur ton pied gauche, tu restes parfaitement immobile. Figée, les yeux écarquillés ; fixant cet œil trop singulier pour que cela ne soit qu’une coïncidence.

Êtes-vous venu ici pour me tuer, Damon ?


Ces yeux…

C’est trop tôt. Beaucoup trop tôt.
La mort avait promis. Trois mois.
C’est trop tôt. Trop tôt.
Tu ne peux pas avoir perdu le compte des jours à ce point, non ?

Et pourtant, ta voix semble un peu plate, maintenant. Ton regard n’a pas changé. Perdu. Totalement égaré dans une autre dimension. Totalement paumé. A tes paroles, on pourrait te prendre pour une illuminée. A raison. Mais lui comprendra. S’il est effectivement celui qui hante tes insomnies ; la Mort peut prendre plusieurs visages, n’est-ce pas ? S’il ne comprend pas, alors tu passeras simplement pour une folle. Pour ne pas changer.

La tête te tourne et ta peau brûle.

© 2981 12289 0


HEY, OLD MAN
    « WATCH ME BURN. »

Let me burn brightly and light the sky, let me set the world on fire and pour ashes down my path -let me be this woman I dreamed to be, 'cause you're the one who told me all this world needs is a little anarchy.
   


Jeg taler ind #9999cc
Aesthetic
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damon Griffin
avatar

❝ Ceci n'est pas un rang ❞



Messages : 74
Date d'inscription : 13/07/2016
Localisation : cacahuète DTC

Message Sujet: Re: Stayin' Alive [ft. Damon] 8/3/2018, 13:41


Joah & Damon Stayin' AliveJo : Gueule de bois.

Quand j’y repense. C’est question à la con quand même. Je sais très bien dans l’état dans lequel elle est. J’y suis des tonnes de fois moi-même. M’enfin, c’était pas tellement là que je voulais en venir. Même si j’ai la réponse à la question que j’ai posé (et même si j’avais déjà cette réponse). Au moins elle m’en fait pas la réflexion. Même si je suis sûr qu’elle pense la même chose. Ouais, laissez tomber. Je suis trop con. Mais bon, comme elle a l’air de s’occuper plus de son café. Je vais pas insister. Et puis, ça se fait pas. ( enfin comme si je faisais ce que je suis sensé faire d’habitude haha non.)

Mais bon, c’est pas en voyant ses bleus et ses brûlures qu’on se dit “hey putain ça fait mal quand même la gueule de bois”. Non là faut vraiment être attardé de la vie. Comme moi, elle a dû se battre sans doute. Bon, un homme comme moi, ouais, mais elle. Elle va vraiment se défigurer à force. C’est dommage elle est jolie. Même si ce sourire automatique est de trop. C’est pas grave si elle pleure. Ca me dérange pas. Mais bon. Elle a pas l’air du genre à le faire. Enfin, peut être pas devant quelqu’un.

Jo : J’ai de la pommade si vous voulez. Mauvais coup dans l’oeil?

Sachant que j’ai été déjà soigné. Je pense pas que c’est nécessaire. Mais automatiquement, j’approche une main au niveau de mon pansement à l’oeil, venant simplement murmurer encore un “ouais”. Je sais dire que ça ou quoi, j’ai perdu ma langue ? Non mais voilà elle aurait été dans un meilleur état peut être… elle me fait de la peine.

Quand enfin elle relève les yeux, je remarque surtout sa tasse lui glisser des doigts. Se renverser sur elle. Et se briser sur le sol.

Quoi. Qu’est-ce que j’ai dis? Qu’est-ce que j’ai fais? Pourquoi elle me fixe comme ça ?

Jo : Êtes-vous venu ici pour me tuer, Damon ?

… NANI?! Elle est quand même pas dans cet état à cause de …

Je la regarde un instant, avant de me baisser et de venir récupérer les morceaux de la tasse brisé, cherchant à en faire un petit tas.

Damon : Non. Je suis pas venu pour vous tuer.

Mais. Purée. Depuis quand elle sait ce genre de chose?! Ouais je suis pas con au point de ne pas comprendre quand même. Je sais qu’elle a vu mon oeil. C’est vrai j’ai changé de lunette, la dernière fois elle n’avait pas pu voir. Mais quand même …. si elle a croisé un collègue, qu’elle l’a vu. Ca ne veut dire qu’une chose. Et là pour le coup, ça me rend vraiment triste pour elle.

Damon : Je ne sais pas ce qu’on vous a dit. Mais c’est surement des conneries.

Je me redresse, cherchant à la regarder encore une fois, un léger sourire. Il faut pas qu’elle s’en fasse pour moi. Ou pour ça. Comment voulez vous qu’un humain finisse sa vie en sachant qu’il va bientôt mourir. Elle a pas l’air malade donc … normal qu’elle comprenne pas. Et qu’elle panique ou je sais quoi.

Damon : J’parierais que vous êtes tombé sur ce con d’Eric…

De toute manière, ça peut être qu’un truc du genre. On a du lui faire peur pour des conneries sans doute. Elle peut pas être sur notre liste comme ça… j’aurais dû vérifier. j’aurais du aller regarder sinon … je pense que je ne serais pas venu …

Damon : Vous m’avez proposé d’être votre modèle … je suis là que pour ça. Je ne savais pas que … vous saviez pour les dieux de la mort.

Bon. Maintenant je suis gêné. Ouais. Je devrais partir. Je m’excuse rapidement, avant de tourner les talons. Ca ne sert à rien de rester, pas vrai ? Maintenant elle va me regarder comme … ce que je suis.


© 2981 12289 0




Apriskah - Push it
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joah Andersen
avatar

❝ Watch me burn ❞



Messages : 180
Date d'inscription : 15/06/2016
Age : 19

Message Sujet: Re: Stayin' Alive [ft. Damon] 10/4/2018, 17:16

ft. @Damon GriffinStayin' Alive
Il se baisse.
Et puis il ramasse les éclats de porcelaine.
Un par un.
Petit tas consciencieux.

Non. Je suis pas venu pour vous tuer.


Ton regard l’a suivi durant ce moment, ses gestes, son expression. Le café renversé sur toi te brûlant la peau sans que tu n’y accordes la moindre importance. Est-ce que tu la sens seulement, cette brûlure, Joah ? Et celles sur tes doigts, tes mains, tes bras ?

(Est-ce que tu sens celle sur ton flanc ?)

Calme. Il reste calme, il ne rit pas, pas un rire de pitié, ou inquiet, ou sardonique, ou un putain de rire de méchant dans les séries télés. …attends, quoi ? Laisse tomber. Non. Pas de rire un peu trop sombre, pas de geste angoissant. Il ramasse juste ces petits éclates de tasse avec une minutie ridicule, et puis il se redresse, et il te regarde, et toi aussi tu le regarde, l’air totalement hagard et un peu con.

Je ne sais pas ce qu’on vous a dit. Mais c’est surement des conneries. J’parierais que vous êtes tombé sur ce con d’Eric…

Tombée… quoi ? Tombée sur qui ? Ses paroles ajoutent à ta confusion. Il ne parle pas de lui. Mais il parle d’un autre. La mort a plusieurs visages, serait-elle aussi plusieurs personnes ? Tu ne comprends pas. Sûre de rien. Confuse. Effrayée. Pourtant il ne te veut pas de mal. Il semble même… confus, oui, un peu confus, un peu paumé, un peu trop étonné de savoir que tu sais et un peu inquiet aussi peut-être. Difficile de dire. Dans cet état, tu peines à déchiffrer les émotions des autres. Les tiennes étant déjà bien assez confuses…

Vous m’avez proposé d’être votre modèle … je suis là que pour ça. Je ne savais pas que … vous saviez pour les dieux de la mort.


Gêné. Il est gêné, toi tu es perdue, totalement. Restée figée tout le long de son monologue, incapable d’articuler quoi que ce soit, de penser de façon cohérente, non. Paumée dans l’espace, enfin tes propres pensées, mais c’est déjà bien assez vaste, ici.

Tu es perdue, effrayée, un peu désespérée et seule. La solitude, c’est sûrement ce qui te ronge le plus, quand on y pense, mais tout ce que tu touches part en cendres, regarde-le, il s’éloigne, lui aussi. Encore une fois. Pourtant tu ne pleures pas. Ce n’est pas ton genre de pleurer comme ça, surtout pas devant des inconnus, et pas quand tu es aussi hébétée.

Et puis Damon tourne les talons
Pour s’en aller.

Putain Joah, qu’est-ce que tu fais ? Il s’en va, il s’éloigne déjà, et avec lui l’espoir d’y voir un peu plus clair, et celui d’être un peu moins seule, aussi. Tu n’es pas sûre de comprendre, s’il t’inquiète ou non, s’il te fait peur, si c’est l’image du rouge qui te terrifie ou celle plus abstraite de la mort. Tu ne sais pas.

Il s’approche de la porte.
Réagis, bordel.

Attendez…

Le ton faible, les mots un peu étranglés, ton accent est ressorti, rendant le tout presque incompréhensible. Tu en perds quasiment ton anglais. Et puis ta voix s’étrangle lorsque tu continues.

… s’il vous plait…


Tu fixes Damon, du moins son dos en mouvement. La main tendue par réflexe devant toi retombe à tes côtés et tu l’observes simplement. Malgré ça…

Peut-être qu’il va partir.
Après tout, il n’a aucune raison de rester.

© 2981 12289 0


HEY, OLD MAN
    « WATCH ME BURN. »

Let me burn brightly and light the sky, let me set the world on fire and pour ashes down my path -let me be this woman I dreamed to be, 'cause you're the one who told me all this world needs is a little anarchy.
   


Jeg taler ind #9999cc
Aesthetic
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damon Griffin
avatar

❝ Ceci n'est pas un rang ❞



Messages : 74
Date d'inscription : 13/07/2016
Localisation : cacahuète DTC

Message Sujet: Re: Stayin' Alive [ft. Damon] 25/5/2018, 14:56


Parfois on voudrait pouvoir se cacher. S'enterrer loin des regards des autres, et ne plus être confronté à leurs paroles. Ne plus les entendre nous juger. Entendre leurs conseils stupides sur ce qu'on devrait faire ou non. Mais de quels droits peuvent ils un instant être à notre place ? Non. Il ne le sont pas. Ils n'ont même rien à y faire. Mais à y regarder, et s'ils ont la moindre critique envers nous, c'est peut être bien qu'il voudrait notre place, pas vrai ? Sinon pourquoi vouloir vivre notre vie ? Les ignorer, oui c'est ce qu'il y a de mieux à faire. Mais dès lors que cette personne nous est proche. Doit-on seulement l'ignorer, ou prendre le meilleur de ses conseils qui nous sont tout droit réservés ?

Joah : ??? ...

Sa voix n'a jamais été aussi étranglée, du coup j'ai rien pigé du tout à ce qu'elle vient de dire. Je l'ai bien vu qu'elle était tétanisée, qu'elle avait peur. Mais qu'est ce que je pouvais bien faire d'autre pour elle que de m'en aller pour la laisser tranquille ? 

Joah : ???? …

Alors là. Toujours rien. C'est peut être même le fait d'y avoir rien compris qui m'a fait m'arrêter et me retourner. Ah ouais t'es vraiment vraiment dans un piteux état. C'est à cause de cette histoire de mort que t'es comme ça ? Mais faut pas t'en faire pour ça ma cocote, on meurt tous un jour. Le tout c'est de pas jouer aux cons, parce que la non-mort, c'est vraiment pas marrant c'est moi qui vous le dit. Enfin, après ça dépend comment tu meurs aussi.

Bref.

Je fais demi-tour, pour revenir vers elle, et venir la prendre dans mes bras. Et ouais. Je sais qu'elle en a bien besoin. Et moi aussi j'en ai besoin vous pensez quoi ! Ca suffit pas d'être un grand gaillard pour tout affronter dans une vie. Parfois on a besoin de soutient. On est tous humains, après tout. 

Damon : Je sais pas ce qu'il s'est passé … mais vous avez l'air assez perturbée pour que ça soit un gros problème, alors je vais rester avec vous le temps d'éclaircir tout ça, et de répondre à vos questions si vous en avez... okay ?

Après tout, c'est pas comme si je risquais de lui révéler quoi que soit de compromettant vu qu'elle savait déjà presque ce que j'étais et tout. Quelqu'un avait déjà fait la gaffe à ma place, alors je pouvais bien combler des lacunes pour éviter qu'elle parte en paranoïa ou quoi. C'était déjà le cas en fait d'ailleurs. A croire qu'un petit malin lui avait fait croire je ne sais pas quoi pour lui faire peur... ou alors justement elle faisait bien d'avoir peur. J'en sais rien moi, mais en tout cas révéler à un humain la date de sa mort, ça je sais que c'était totalement in-ter-dit. Alors si je le choppe celui là, ça va être sa fête croyez moi.




Apriskah - Push it


Dernière édition par Damon Griffin le 20/7/2018, 13:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joah Andersen
avatar

❝ Watch me burn ❞



Messages : 180
Date d'inscription : 15/06/2016
Age : 19

Message Sujet: Re: Stayin' Alive [ft. Damon] 2/7/2018, 11:17

ft. @Damon GriffinStayin' Alive
(Je n’en peux plus. Je te jure, j’ai essayé. Je suis partie des lieux mortifères où ma mélancolie s’enlisait, j’ai fui à l’autre bout de l’Europe, j’ai dansé, j’ai peint, j’ai tout fait pour oublier et faire mon deuil, encore. Je ne suis jamais revenue quémander, je ne me suis jamais plainte, j’ai mené ma route en silence ou dans un éclat de rire parfois. J’ai honoré tout ce qu’il m’avait dit de chérir, j’ai travaillé dur pour satisfaire sa mémoire, et me repentir aussi, redonner à mon nom les lettres de gloire perdues avec le temps. Mais au final, qu’est-ce que ça m’a apporté ?)

(Rien. Rien du tout. L’unique conséquence de tout cela est que désormais je ne sais plus ce que je suis censée faire. Où je vis, si le monde dans lequel j’évolue est bien celui que je pensais connaitre. J’ai vu un prêtre qui guérissait n’importe qui de la paume de ses mains, et un homme aux ailes arrachées, certainement, et la mort habillée de rouge… je me perds.)

(Je n’en peux plus. Je suis désolée, mais même moi je peux atteindre mes limites. Je ne peux pas tout supporter, même si je ne dis rien, même si je souris à la mort et que j’ai l’air d’une illuminée insouciante lorsque tout part dans des directions insensées. J’aurais voulu être un roseau mais je peine à plier, et maintenant je sens mes racines sortir de terre et brûler. Je vacille, je chancelle, et toi tu continues à marcher vers cette putain de porte alors que je vais bientôt m’effondrer.)

(Pardon.
Je n’aurais pas dû te demander ça.
Va-t’en…)


Pleurer. Tu aimerais pleurer mais rien ne sort. La promesse de la mort est loin de t’effrayer, et c’est justement ce fait qui t’horrifie. Si tu meurs, est-ce que tu rejoindras Lukas ? Théodore, et puis ces gens, le village, est-ce que tu les reverras eux aussi, est-ce qu’ils seront à l’origine de ton dernier jugement ? Tes mains tremblent, alors que les pas de Damon continuent de résonner, cruels, contre le parquet. Ton visage est baissé, et tes oreilles bourdonnent, alors tu ne prends pas tellement garde lorsque ces derniers cessent et que le géant revient finalement s’approcher.

Tu sursautes au contact de ses bras. Et puis aussitôt après, tu te brises comme si tes barrières étaient devenues si fines qu’il suffisait d’une étreinte pour les ébranler. Tu te brises, et tes bras viennent l’entourer à leur tour, s’accrocher, serrer le tissu de sa chemise entre tes poings brûlés alors que tu exploses et fond en larmes.



(Et voilà. Regarde ce que tu m’as fait.)


Orage sur le soleil ; soudainement, le flot de tes émotions est trop important pour que tu ne puisses l’endiguer, comme si des années et des années passées à les retenir te rattrapaient tout à coup. Tu ne comprends plus ce qui t’arrives, terrassée par des choses que tu ne comprends pas, ou a simplement oublié, incroyablement démunie face à toi-même.

Alors tu t’accroches encore plus.
Caricature de Géricault, une idiote qui ne sait plus nager.

Undskyld…. Undskyld…

Et tu t’excuses encore parce que dans ta détresse tu n’as pas compris ses précédentes paroles, et que ton esprit asphyxié n’est pas en mesure de comprendre que tes syllabes étouffées lui seront tout aussi incompréhensibles. A la fois terrorisée et mortifiée d’avoir laissé le flot s’ouvrir, mais désormais tu n’y peux plus rien alors tu t’accroches un peu plus, visage dans son épaule, autant pour y chercher une forme de réconfort que pour cacher tes sanglots honteux.

Undskyld, Damon, jeg… je... ne voulais pas... besvæ-... vous déranger...


(Tu aurais dû partir au lieu de revenir, tu sais.
Ç’aurait été plus aisé d’oublier le réconfort de l’étreinte d’un ami.)


© 2981 12289 0


HEY, OLD MAN
    « WATCH ME BURN. »

Let me burn brightly and light the sky, let me set the world on fire and pour ashes down my path -let me be this woman I dreamed to be, 'cause you're the one who told me all this world needs is a little anarchy.
   


Jeg taler ind #9999cc
Aesthetic
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damon Griffin
avatar

❝ Ceci n'est pas un rang ❞



Messages : 74
Date d'inscription : 13/07/2016
Localisation : cacahuète DTC

Message Sujet: Re: Stayin' Alive [ft. Damon] 20/7/2018, 13:47


Ah mais mais mec grave t’as trop déconné là, faut pas faire des trucs comme ça aux gens regarde après ils sont tous traumatisés et c’est qui qui va devoir s’en occuper pour remonter le moral des troupes ? Sérieux t’abuse, bon c’est pas que ça me gêne pour elle, après tout ça va être mon patron et moi modèle, mais c’est pas ce qu’on pourrait appeler une relation boss-employé là, regarde comme elle fond en larme, ça me fait trop mal au coeur. T’es vraiment un enc—CENSORED. Wow c’est nouveau ça … d’où ça sort cette conn—CENSORED. HAN LA ***** /Nous interrompons votre rp pour vous rappeler un point essentiel dans le règlement de ce forum qui est actuellement le deuxième “Notons aussi que les insultes vulgaires en dehors des RP peuvent entraîner un avertissement.”..... ah bah non en fait je peux faire ce que je veux je suis en RP bande de couillons allez vous faire foutre.

Jojo : Onskud… Onskud… (je fais ce que je peux je comprend rien okay)

Un petit câlin koala a toujours fait du bien à n’importe qui qui se trouve dans le mal. Et c’est vrai qu’avec le temps, je suis devenu plutôt un bon expert. C’est pas compliqué regardez. Etape 1 : prendre la personne dans ses bras. Bon, ça c’est fait. Etape 2 : garder la personne dans ses bras. Bon c’est un peu fait aussi vu qu’elle est en train de déverser tout ce qu’elle a dans son petit corps contre moi. Etape 3 : … bah y en a pas on garde toujours la personne dans les bras, c’est à elle de se retirer quand ça va pas, non mais oh. huerf. Tiens ça c’est du tuto prends en de la graine mon petit michou. Le tout c’est savoir faire preuvre de com-pa-ssion. T’as pas appris ça dans ta petite vie de merde. Et ouais, c’est moi le pro.

Bon allez. On arrête les conneries cinq minutes. La situation est grave. Faut se la jouer drama.

Jojo : Onskud… (oui c’est bon j’ai compris que j’ai pas compris), Damon,  yag(quoi encore?!)… je... ne voulais pas... besvæ-(non mais ça devient gênant stp j’ai pas google traduction intégré dans le cerveau encore, un jour peut être … )... vous déranger…

Je me recule un peu, venant prendre son visage entre mes mains. La regardant avec mes deux mon oeil. Prenant ma tête de sérieux. Oui, j'ai une tête de sérieux. Et c'est celle là.

Moi(le héros uiui)Vous devriez vous calmer... c'est pas bon pour votre tension. Je suis là, okay ? alors plus la peine de se faire du mouron. 




Apriskah - Push it
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joah Andersen
avatar

❝ Watch me burn ❞



Messages : 180
Date d'inscription : 15/06/2016
Age : 19

Message Sujet: Re: Stayin' Alive [ft. Damon] 26/7/2018, 10:47

ft. @Damon GriffinStayin' Alive


Tu restes dans ses bras, un peu soulagée quand même, soulagée qu'il ne soit pas parti par la porte malgré ce que tu aurais presque souhaité, soulagée qu'il t'ait tendu ses bras, soulagée aussi par les larmes qui continuent de couler et le sanglot dans ta gorge qui vient enfin de se briser.

Et tu pleures ; tu continues de pleurer comme une enfant, comme une gamine un peu paumée, comme une gamine qui vient enfin d'approcher ses doigts du feu et qui s'est enfin brûlée. Et elle est vive, ta brûlure, peut-être même plus que celle qui marque ton flanc, plus que cette blessure-là, celle qui s'est infectée, celle que tu as traînée pendant des semaines, brûlante de fièvre en priant ton Panthéon de ne pas te laisser succomber.

Pas encore, pas maintenant, oui, c'était l'époque où tu n'avais plus grand chose, juste cette envie de vivre qui te serrait les tripes et te rendait hargneuse et te faisait avancer. Et puis tu l'avais rencontré, lui, et ton envie de vivre avait peu à peu régressée. Jusqu'à ce que tu n'y accordes d'importance qu'à travers lui. Jusqu'à ce que tu ne deviennes persuadée qu'il te faudrait partir aussi, une fois qu'il n'était plus là...

Tes sanglots redoublent ; mais plus seulement à cause de cette rencontre si déstabilisante avec la mort, pas seulement à cause de ce prêtre qui a ébranlé tes convictions, pas seulement à cause des cicatrices dans le dos de Daniel, pas seulement à cause des lettres de ton frère que tu n'ouvres plus, pas seulement à cause de Théodore, un peu tout ça à la fois. C'est trop...


Un moment passe. Assez long, quand on y pense, il est patient ce shinigami. Il te garde dans ses bras, te berçant un peu, le temps que tes sanglots se calment un peu, que ta gorge douloureuse cesse de les déverser ainsi et que tes larmes commencent à tarir. Vidée. Tu te sens vidée, triste, assez perdue, un peu soulagée tout de même. Écarquillant tes yeux un peu rouges lorsque ton modèle vient s'éloigner, et prendre ton visage entre ses mains, avec une expression grave et sérieuse sur son visage, une expression que tu ne lui connaissait pas. Il est presque inquiétant, comme ça, parce que tu ne pensais pas que son visage si expressif et rieur ou bourru d'ordinaire ne puisse retransmettre une telle expression avec tant de justesse.


Damon : Vous devriez vous calmer... C'est pas bon pour votre tension. Je suis là, okay ? Alors plus la peine de se faire du mouron.


Il ne sourit pas. Si sérieux... Ton regard reste braqué sur lui, ton corps un peu immobile, un peu atteré, un peu plus perdu face à son ton et son visage. Et puis, faiblement, un petit sourire vient prendre place sur ton visage, l'un de tes sourires dont il est impossible de déterminer s'il est forcé ou non. Pour le rassurer, peut-être pour garder la face malgré tout, t'empêcher de refondre en larmes... Depuis combien de temps n'avais-tu pas pleuré face à quelqu'un ? Des années...


Joah : ...Merci...


Ta voix est encore un peu cassée, un peu faible, mais tu accentues ce foutu sourire et l'un de tes bras retombés le long de ton corps se redresse, doucement, effleurant et ton flanc qui te brûle encore, puis la coupure guérie sous ta gorge, avant de venir se poser sur l'une de ses mains qui retient toujours ton visage, et la serrer un peu, doucement.


Joah : Je suis désolée, Damon... Je n'avais pas à vous imposer ça.


Un bref regard sur le tissu de ta chemise gorgé du café fumant, et ta peau que tu devines aisément rouge en dessous. Reportant ton regard sur lui, tes nouvelles brûlures ne semblent pas t'inquiéter, comme si ces blessures étaient une norme intégrée pour toi désormais.




© 2981 12289 0


HEY, OLD MAN
    « WATCH ME BURN. »

Let me burn brightly and light the sky, let me set the world on fire and pour ashes down my path -let me be this woman I dreamed to be, 'cause you're the one who told me all this world needs is a little anarchy.
   


Jeg taler ind #9999cc
Aesthetic
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damon Griffin
avatar

❝ Ceci n'est pas un rang ❞



Messages : 74
Date d'inscription : 13/07/2016
Localisation : cacahuète DTC

Message Sujet: Re: Stayin' Alive [ft. Damon] 6/11/2018, 13:17

Quand on vous dit qu'au final, c'est pas si terrible. Vous le croyez vous ? Bah non vous le croyez pas. Vous êtes mal. Vous avez envie de tout foutre en l'air. Rien ni personne ne vous fera jamais changer d'avis. C'est tout. Les choses sont comme ça. Pas autrement. On fera avec. C'est pas grave. MAIS GRAVE ! Toute manière demain est un autre jour, y a pas besoin de s'en faire ! Et puis, vous verrez au final. C'est pas si terrible.

Je l'ai toujours ma tête de sérieux. Quoi. Tu croyais qu'en une seule réponse - et surtout en 4mois- j'allais oublier le visage que j'avais ? Non je n'ai pas encore des problèmes de mémoire. Et puis moi aussi je sais relire ! Non mais oh. C'est qu'elle est vraiment au plus bas là ma petite Jo. Non parce que là, elle sourit. Mais merde c'est pas le moment de sourire ma grande, faut juste que tu chiales un bon coup pour évacuer, c'est moi la nana dans l'histoire ou merde ? C'est pas moi qu'il faut rassurer c'est toi. T'es pas obligé de te cacher!

Jojo dégoulinante : ...Merci...

Oh purée elle a enfin arrêté de parler dans sa langue natale que j'ai rien pigé depuis le premier mot. MERCI DE L'ANGLAIS. Vous savez pas à quel point j’attendais qu’elle reparle la même chose que moi ! non parce que c’est bien joli ça fait voyager c’est sur, mais pour la communication franchement y a mieux non ? Ouais ouais… on verra ta tête quand je parlerais un truc que tu comprends pas. Bon d’abord faudrait que j’apprenne ce truc en question parce que en vrai je ne sais pas parler grand-chose. Je suis même pas sur qu’on puisse dire que je maîtrise ma langue natale réellement. Pfeuh. Tant pis. Du moment qu’on me comprend. C’est l’principal.

Jojo dégoulinante : Je suis désolée, Damon... Je n'avais pas à vous imposer ça.


Ouais bah en attendant t’as complètement foutu en l’air ta chemise avec ton café sérieux. C’est vraiment dommage quand on y pense. C’est super dur à retirer des taches de café, le chaud a imprime sur le tissu. Chiant. Non mais si très chiant. Quoi comment ça je parle de chose qu’on rien à voir avec le sujet en cours, et que je casse le drama ? Mais oooooow on s’calme. Vous voulez du drama ? Ok. J’vais m’en rajouter une couche alors.

Damon : Si c’est la mort qui vous faire peur … vous savez au final, c’est pas si terrible que ça en à l’air.


QUOI ? AH BAH OUI VOILA TU VOULAIS DU DRAMA FALLAIT PAS EN DEMANDER ! QUOI ?! TU ME CHERCHES ! ATTENDS DE VOIR CA !

Damon : C’est vivre qu’est chiant.

ET BIM. ALORS ON FAIT MOINS LA MALIN ! DEMERDE TOI AVEC CA MAINTENANT ! HAHAHHA

… quoi j’ai dis une connerie ? Ah désolé j’ai du rater un spoiler quelques parts dans les messages. C’est con j’aurais bien fait collection pour monsieur spock. Moi aussi j’ai bien besoin de vacances au bahamas. Et j’aurais demandé une augmentation. Prime de risque parce que là, si tu vois ce que je veux dire.

Et puis de toute manière, je sais pas ce que j’ai dis de travers. C’est vrai que la mort ça peut être cool. Bon une fois que t’es vraiment mort et que t’as pas raté ton coup comme moi. HEIN. Ne jouait pas avec les pistolets ou les couteaux les enfants. On sait jamais ce qu’il y a de l’autre côté.




Apriskah - Push it
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joah Andersen
avatar

❝ Watch me burn ❞



Messages : 180
Date d'inscription : 15/06/2016
Age : 19

Message Sujet: Re: Stayin' Alive [ft. Damon] 11/11/2018, 21:45

ft. @Damon GriffinStayin' Alive


Tu sais, parfois on se met une idée dans la tête, et notre caractère trop entêté nous la fait tenir jusqu’à l’échéance finale. C’est parfois anodin, assez simple, presque anecdotique. Mais rien n’est simple avec toi. Rien n’est anecdotique. Tu n’as peut-être pas le panache des plus grandes drama-queens de ce monde, mais tu sais t’obstiner et garder une idée en tête, même si au fond, tu sais qu’elle n’est pas tellement de toi.

Vérité.

Tu l’aimes, ton Théodore qui est mort trop tôt. Chaque pensée, chaque peinture de lui t’écorche vive. Chaque lilas dans la rue ramène son souvenir, chaque mot d’allemand et feu dans la cheminée te ramène jusqu’à ses bras un peu froids.

Vérité.

Il était fou, ton Théodore ; tu le sais. Tu ne le diras jamais mais tu le sais. Il n’était pas sain, il n’était ni aimant ni bon. Il était fou. Brisé, tu aimais à le penser. Fou.

Vérité.

Si tu ne l’avais jamais connu, tu n’aurais pas eu cette foutue idée qui te trotte dans la tête depuis si longtemps.
…. C’est vrai, ça ?


….
Vérité.

Tu aimes Théodore.

Vérité.

Le monde fonctionne sans sa présence, et cela est la pire injustice qu’il t’ai été donné de voir.

Vérité.

Tu feras tout pour honorer sa mémoire.


… Vérité.

Tu ne veux pas mourir.



Parfois, on a une foutue idée dans la tête, une idée qui nous rend malheureuse comme une héroïne de tragédie, une idée qui est plus une promesse que l’on se force à honorer. Parfois, il suffirait juste d’un ami et d’une étreinte, et puis quelques mots qui enverraient tout en l’air et chasseraient la culpabilité. Il te suffirait de quelques mots pour tout arrêter. Quelques mots pour jeter les bombes du placard et chasser l’odeur des lilas.

Quelques mots.
Vérité :

« Tu n’as pas à vivre pour lui. »
« Il ne reviendra pas, même si tu te fous en l’air. »
« Mourir pour quelqu’un n’a jamais eu à être une preuve d’amour. »
« Tu mérites de vivre. »
« Tu peux l’avoir, ta seconde chance. »
« Il t’a fait plus de mal que de bien. »
« Tu as le droit de le laisser aller. »
« Tout va bien. »


Damon : Si c’est la mort qui vous faire peur … vous savez au final, c’est pas si terrible que ça en à l’air. C’est vivre qu’est chiant.

: ses mots à lui.

Ils te font sourire là où une autre vérité t’aurait faite craquer. Et puis ils te font rire. Un rire un peu étranglé, assez triste, peut-être un peu fou en fait parce qu’ils te rendent heureuse, ses mots. Ils enlèvent un peu de cette peur de la mort prochaine. Ils enlèvent un peu de l’angoisse, et, dans un sens et sans qu’il le sache, ils valident ton choix.


Ta vérité :

Le feu est vert.


Joah : Merci.


Tu lâches ses mains. Et puis tu recules d’un pas. Remettant un peu de distance entre vous deux, même si au final c’est un mur qui vient de se consolider entre toi et le reste du monde. Tes yeux sont rouges après les larmes, ils brillent encore un peu. Tu passes ta main trop brûlée sur tes joues. Les larmes piquent tes plaies.


Joah : Je crois que… ce n’est pas vraiment un bon jour pour vous dessiner.


Et puis tu souris à nouveau. L’air un peu désolée. Même si au fond tu ne l’es plus maintenant. Il peut partir. Du moins il le doit. Tu ne le connais pas tellement en fait, cet homme, quand tu y penses. Mais plus tu le regardes et plus tu te dis que tu n’auras jamais eu l’occasion de vraiment le connaitre. C’est dommage. C’est triste, ces opportunités que tu vas manquer, ces gens qui resterons des visages anonymes, le serveur du coin de la rue qui est amoureux de toi. C’est ça de se foutre en l’air à vingt-trois ans.


Joah : Vous ne pourriez pas repasser ?


Distance, encore. Tu rajoutes quelques piques à ton mur et tu condamnes le portail.
Dans l’appartement, l’odeur des lilas imprègne les pages des livres et le plancher.




© 2981 12289 0


HEY, OLD MAN
    « WATCH ME BURN. »

Let me burn brightly and light the sky, let me set the world on fire and pour ashes down my path -let me be this woman I dreamed to be, 'cause you're the one who told me all this world needs is a little anarchy.
   


Jeg taler ind #9999cc
Aesthetic
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damon Griffin
avatar

❝ Ceci n'est pas un rang ❞



Messages : 74
Date d'inscription : 13/07/2016
Localisation : cacahuète DTC

Message Sujet: Re: Stayin' Alive [ft. Damon] 20/11/2018, 15:01

Ce que j'ai fait ? Ouais. Aucune idée. Sur le moment je m'en foutais pas mal c'est vrai. C'est pas non plus que j'avais l'espoir que ça s'arrange, pour moi en tout cas. Mais bon, un minimum pour les autres. Après tout, moi je suis irrécupérable, c'est pas encore trop grave que je m'enfonce un peu plus dans les ténèbres. Après tout ce temps, je pense que je suis pas récupérable. Mais entraîner les autres avec moi dans ce foutoir. Ouais nan c'était pas tellement le plan. Je l'ai déjà fait avec quelqu'un. Juste, je ne voulais pas … l'entraîner non plus avec moi...

Jojo : Merci.

Ah. Ouais d'accord... comme ça d'un coup ça te prend de remercier les gens ? Enfin, j'ai pas spécialement dis quelque chose de sympa. Ou même fait quelque chose. Je m'attendais plus à "oui mais c'est comment la mort ?" ou des questions là dessus. Sur ce que je suis. Ce que je fais. Pourquoi je le dis pas. Et c'est quoi exactement un dieu de la mort. D'où je viens. Enfin bref les questions qu'on s'attend à ce qu'elles soient rapidement posée. Quand on est saine d'esprit. Ouais. C'était peut être ça le souci. La santé de l'esprit. Et ça je l'ai pas vu arriver. Même pas là. Après. Je ne fais que sourire bêtement en te regardant en quittant ce visage de sérieux. Oui parce que bon faut pas me demander d'être sérieux trop longtemps non plus, sinon après je vais être bloqué. C'est pas une légende.

Pourtant elle lâche ma main. Elle s'éloigne. Et je ne le vois pas. C'est qu'elle est douée aussi pour la comédie quoi je suis con je peux pas deviner tout seul. Bon d'accord. Je ne cherche pas d'excuse. Même à la voir au pied du mur, essuyer ses larmes. Me renvoyer. Je ne comprend pas. Et je pense même qu'il n'y a plus aucun problème. Ouais je suis con ouais.

Jojo :  Je crois que… ce n’est pas vraiment un bon jour pour vous dessiner.

Vu ma gueule, bon si t'es bonne artiste, tu peux encore arranger ça sur le papier. Mais ouais. Si t'es pas en force c'est sur. Ca sert à rien de forcer. T'as bien le droit de te reposer. Enfin, c'est ce que je me suis dis sur le moment. Ignorant.

Jojo :  Vous ne pourriez pas repasser ? 

Ouais c'est sur, c'est pas comme si j'avais rien à faire. Faut que je retrouve encore ce foutu type, en espérant que je retrouve rapidement le carnet de Grell... bon d'accord, ouais j'ai des heures supp aussi qui m'attendent et des rapports. Purée c'est ça de se faire engueuler au boulot. Tant pis. J'aurais bien voulu faire comme si j'étais mortel en instant. En sa compagnie.

Damon : Euh ouais … ouais je repasserais … reposez vous.

Rest in peace. Ouais non mais sérieux heureusement que j'ai pas sorti ça. LA BOULETTE JE VAIS ME TUER UNE DEUXIEME FOIS QUAND JE LE SAURAIS C'EST SUR.

Je recule doucement, venant tourner les talons en venant faire un simple signe de la main. Sortant de l'appartement.

Sans songer un seul instant ce qu'elle s'apprêtait à faire.




Apriskah - Push it
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

❝ ❞




Message Sujet: Re: Stayin' Alive [ft. Damon]

Revenir en haut Aller en bas

Stayin' Alive [ft. Damon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Stayin' alive /!\ Mort de Valère, sang et viande sur les murs [T 99/00]
» Fiche technique de Lion Damon [ Validée ]
» [UPTOBOX] Dead or Alive [DVDRiP]
» Purification ! ( Damon vs Oneiros )
» DOA : Dead or Alive /!\
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Black Butler : Black Deal RPG :: La ville et ses alentours... :: South London :: Atelier de Joah-